Guerman, Anna

  • Biographie: Anna Guerman, née le 14 février 1936 à Ourguentch, en Ouzbékistan et morte le 25 août 1982 à Varsovie, en Pologne, est une chanteuse soviétique et polonaise, vedette de la scène soviétique des années 60-80. Elle interpréta des chansons dans diverses langues, surtout en russe et polonais, tourna en Union Soviétique, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en France, au Portugal, en Italie, en Hongrie, en Angleterre, en Mongolie, etc. Elle remporta le premier prix de nombreux festivals à Monte-Carlo, à Bratislava, à San-Remo, à Naples, à Viareggio, à Cannes, à Sopot, etc. Sa mère, née Martens, est issue d’une famille des Juifs hollandais venus en Russie à l’époque de l’impératrice Catherine. Son père, Evgueni Hörmann,fut comptable d’origine allemande de Pologne et, accusé d’espionnage, fut réprimé et fusillé à Tachkent en 1937. Anna, son frère et sa mère furent déportés en Kirghizie. La mère d’Anna épousa en secondes noces un officier polonais Gherman Berner et put ainsi partir pour la Pologne en 1945. Là, sa fille Anna entra à l’université de Wroclaw, où elle étudia la géologie. La future chanteuse fit ses premiers pas dans la carrière musicale en 1960 dans le théâtre des étudiants „Calembour“. Boursière du gouvernement italien, Guerman partit pour quelques mois pour Rome. L’acteur-réalisateur Youlian Kchivka invita Anna dans sa troupe, grâce à quoi elle put participer au 3e festival international de la chanson à Sopot, où elle remporte la deuxième place (dans la catégorie des chanteurs polonais) avec la chanson Tak mi z tym źle. En 1967, en tournée en Italie, Anna Guerman eut un très grave accident de la route qui faillit lui être fatal. Elle ne revint sur la scène qu’en 1970. Deux ans plus tard, elle se maria avec Zbignew Toukholski et, en 1975, donna naissance à leur fils, Zbignew lui aussi. Les meilleurs compositeurs soviétiques – Arno Babadjanian, Evgueni Ptitchkine, Aleksandra Pakhmoutova, Yan Frenkel, Oskar Feltsmann, Vladimir Chaïnski - écrirent des chansons pour elle. Anna Guerman est surtout connu pour avoir interprété les chansons “Nadejda” (Espoir), “Kogda tsveli sady” (Quand les jardins étaient en fleur), “Ekho lubvi” (L’écho de l’amour), “Sloutchaïnost” (Le hasard), “Gori, gori, moya zvezda” (Brûle, brûle, mon étoile). Anna jouit d’une énorme popularité en Union Soviétique dans les années 70-80. Ainsi, dans la finale du festival “La Chanson de l’Année” Anna interpréta la chanson “Kogda tsveli sady” déchaînant des ovations frénétiques du public ce qui força les organisateurs du festival de dépasser le cadre rigide imposé aux émissions passant en direct et d’autoriser Anna de bisser la chanson, cas rarissime dans l’histoire du festival. Bien que surnommée “Ange blanc de la variété polonaise”, les Polonais gardent, à l’égard d’Anna Guerman, une attitude ambiguë, la majorité de ses chansons ayant été interprétées en russe. Quant à Anna, elle était une ardente partisane des liens culturels profonds entre la Pologne et l’Union Soviétique. En tant que chanteuse, Anna Guerman se distingue par un sens musical admirable, un grand talent artistique et une tendresse profonde qui perce dans chacune de ses chansons. Le répertoire de la chanteuse comprend des oeuvres d’une grande diversité générique. Même les chansons burlesques traduisent une légère tristesse. En ce qui concerne les chansons tragiques ayant comme sujet la guerre, une lourde perte ou une malheureuse destinée de femme, Anna Guerman sut montrer pleinement son talent artistique, en exprimant avec habilité un chagrin inconsolable et un désespoir profond.


CHANSON CULTE

EKHO LUBVI (L'ECHO DE L'AMOUR)


D'AUTRES CHANSONS À SUCCÈS

Kogda tsveli sady (Quand les jardins étaient en fleur)

A on mne nravitsya (Mais il me plaît)

Gori, gori, moya zvezda (Brûle, brûle, mon étoile)

Nadejda (L'espoir)

Sloutchaïnost (Le hasard)

Belaya tcheremoukha (Le merisier blanc)

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×